Politique
S’engager en politique chez les Verts
26 mars 2015 par Thi Ngoc Tu Wüst
1

Il y a deux ans encore, je ne m’imaginais pas adhérer à un parti politique. Se mettre volontairement une étiquette, tenir des stands de récolte de signatures par tous les temps, ou se faire embarquer dans des querelles partisanes, très peu pour moi !
De plus, je venais d’être élue l’année précédente à la tête de la section vaudoise de la Fédération romande des consommateurs (FRC), qui stipule dans ses statuts : « La FRC est une association indépendante, sans appartenance politique, ni liaison avec un groupe économique, industriel, commercial, financier ou religieux. »
C’était donc clair, la politique partisane et moi, cela faisait deux.

Conseillère communale à Préverenges depuis 2011, je me suis engagée pour contribuer au développement de cette commune sans parti politique. Faire de la politique signifiait pour moi de réfléchir et mettre en place ensemble les infrastructures et outils pour une vie communautaire harmonieuse. Et ce, quelle que soit la couleur partisane affichée ou cachée des autres conseillers communaux avec qui je travaillais.

Puis j’ai constaté que ma collègue fribourgeoise à la FRC était Verte, que mon patron était Vert, que mon responsable financier était Vert, et que même certains amis étaient Verts…
Toutes ces personnes de qualité que je côtoie sont pragmatiques, intègres et engagées. Cela m’a donné envie d’adhérer.

Pourquoi chez les Verts ?

Je pense que le parti des Verts parvient à :

  • réfléchir de manière systémique par un respect de l’être humain et de son environnement, en Suisse mais aussi ailleurs dans le monde ;
  • prôner une consommation responsable ;
  • rester cohérent dans une vision à long terme en étant critique face au productivisme.

J’y retrouve mes principales valeurs. Déclinés dans le thème de la consommation, cela donne :

  • choisir des produits équitables et fabriqués de manière écologique ;
  • acheter des produits de proximité, ou de saison en privilégiant les petits commerçants/restaurants/paysans locaux ;
  • se procurer des produits de qualité en y mettant le prix, plutôt que de consommer du prêt-à-jeter.

Ceci dit, par mon parcours, je retrouve aussi des points qui me tiennent à coeur dans d’autres partis :

  • venant d’une famille modeste (parents ouvriers), je suis pour le maintien d’un filet social solide pour les plus démunis et les coups durs de la vie qui peuvent arriver à tout un chacun ;
  • ayant obtenu la nationalité suisse à 16 ans, je suis heureuse d’être Suisse, c’est ma patrie et ma terre d’accueil envers laquelle je serai toujours reconnaissante ;
  • étant mère de famille, je suis clairement sensible à toutes les infrastructures mises en place pour les enfants et au renforcement des relations intergénérationnelles ;
  • après avoir rêvé d’un restaurant bio et passé ma « patente » en 2010, j’ai mis sur pause ce projet à l’arrivée de mon second fils cette année-là, mais je garde une admiration particulière pour tous les restaurateurs, et par extension pour tous les entrepreneurs en général ;
  • ayant été indépendante informaticienne quelque temps, je peux percevoir les défis de tout entrepreneur : l’incertitude des revenus est le prix de la liberté et de l’autonomie ;
  • promouvant activement le mouvement du logiciel libre et la philosophie du libre basée sur la collaboration et le partage depuis de nombreuses années, je défends la liberté d’expression et la protection de la sphère privée, dans tous les médias et sur internet en particulier.

Laisser un commentaire

1 comment

  1. […] pour les élections fédérales, un site web personnel et une page facebook qui regorgent de vertitude : je pense que l’électeur qui souhaite tirer un portrait politique de ma personne aura de la […]